"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux. "
Jules Renard

mardi 10 juillet 2012

Jusqu'à ce que la mort nous unisse



"Libre. Vincent aurait aimé l’être totalement. Mais on n’est jamais vraiment libre. Enchaîné par ses sentiments, ses passions, ses pulsions. Ses besoins, ses envies. Les devoirs qu’on s’impose, les prisons dont on perd la clef. Les souvenirs et les rêves.Tout ce qui fait qu’on est vivant."
Résumé:


Vincent, guide de haute montagne dans le Mercantour, collectionne les aventures d'un soir depuis que sa femme l'a quitté, cinq ans plus tôt. Mais sa dernière conquête, plus fragile que les autres, se suicide peu après leur rupture. Lorsque, peu de temps après, Pierre (le meilleur ami de Vincent )est retrouvé mort au fond d'un ravin, sa douleur atteint son comble.
Il reste persuadé, malgré la conclusion des autorités, qu'il ne peut s'agir d'un accident. D'autant plus qu'il reçoit, périodiquement, des lettres anonymes l'orientant sur la piste du ou des assassins..Épaulé par Servane, jeune recrue de la gendarmerie avec qui il s'est lié d'amitié, notre héros va mener sa propre enquête.

Mon avis:

Premier thriller de Karine Giebel (Les morsures de l'Ombre) qui passe entre mes mains.
J'ai aimé son style,sa façon d'écrire et de rendre ce livre si passionnant.
Comme tout bon polar qui se respecte,les pages défilent,les supputations sur l'identité de l'assassin vont bon train...
Les personnages sont attachants: Vincent l'homme bourru,marqué par les épreuves de la vie,la jeune Servane,voulant toujours bien faire malgré le fait d'être une femme dans un monde d'hommes.
Une histoire pleine de suspense,l' "amitié" se nouant entre les deux protagonistes est touchante,et la fin,digne des plus grands.

"Un monde sans femmes, ce serait comme ... un monde sans eau, sans chaleur, sans ... lumière. Un monde où on aurait toujours soif, toujours froid et toujours peur."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire